Ykeva - Retour à l'accueil
 Accueil   Catamaran   Ecotourisme   Education   QUIZ 

Excursion à la demi-journée 
 A la rencontre des tortues
 A la rencontre des dauphins
Excursion à la journée 
 Montagne Pelée et dauphins
  Rocher du Diamant et tortues
Classe de mer cycle 3 
 Présentation générale
 Habiter les littoraux
 Peuplements des milieux
 Volcans gris et volcans rouges
Classe de mer lycée 
 Présentation générale
 Valise pédagogique
 Géosciences
 Education développement durable
 Quiz SW 20
Evénementiel 
 Tour des yoles 2016
 Semaine développement durable
 Ségolène Royal chez Ykéva
 UNESCO Martinique
 Stage pratique de géologie
 Fête de la Science
Découvrir notre géodiversité 
 La Martinique, une île archipel
 Sites géologiques remarquables
 Ouvrages sur notre géologie

Pendant plus de 40 ans, la décharge de la Trompeuse, située dans la baie de Fort de France, a accueilli chaque année des dizaines de milliers de tonnes de déchets. La CACEM a entrepris un programme de réhabilitation complète du site en Centre d’Enfouissement Technique. La fermeture définitive de la décharge est prévue fin 2012.

 A l’horizon 2015, ce site accueillera un Parc Technologique et Environnemental intégrant le développement d’énergies renouvelables (un parc photovoltaïque et une unité de valorisation énergétique du biogaz). Le programme permettra la création d’une trentaine d’emplois et aura des impacts environnementaux forts, tels l’amélioration de la qualité de l’eau de l’écosystème de Fort de France et la réduction des déchets rejetés dans la nature. Il contribuera à l’augmentation de la capacité génératrice et à la diversification du mix énergétique par des énergies renouvelables (5.000 tonnes de CO2 économisées par an), tout en améliorant l’autonomie énergétique de l’île.La décharge de la Trompeuse à Fort-de-France ferme définitivement ses portes au 31 décembre 2013, pour laisser place aux filières de traitement des déchets.

Plantée au centre de la Martinique, la décharge de La Trompeuse, entourée de la Baie de Fort-de-France au sud, des rivières Roche et Jambette à l’Est et à l’Ouest, s’étend sur une vingtaine d’hectares. Ce site est l’une des deux dernières décharges à ciel ouvert de l’île recevant près de 110 000 tonnes d’ordures par an.

Depuis 2007, la réhabilitation du site a débuté, et les conditions d’exploitation ont été remarquablement améliorées.
En effet, les travaux de réhabilitation mettent fin aux nuisances environnementales générées par l’enfouissement des déchets. Les ordures anciennes ont été recouvertes de matériaux inertes selon une technique d’enfouissement normée : l’objectif est d’isoler les ordures des eaux de pluie pour éviter une pollution supplémentaire de la nappe phréatique.
Des casiers confinés aux normes ont été conçus et mis en place pour déposer au fur et à mesure les déchets qui ont, ensuite, été recouverts de terre. 
C’est par l’utilisation d’une méthode d’exploitation à la pointe de la technologie, qu’il a été possible de réduire de manière drastique les rejets dans l’environnement et donc, les sources de pollutions.

Mais après 40 ans d’activités, la décharge de la Trompeuse a atteint un niveau de saturation extrême, sans aucune possibilité d’extension. Depuis 2008, l’arrêté préfectoral régissant son exploitation imposait la fermeture définitive de cette décharge.
Cette fermeture, annoncée devient, aujourd’hui, une réalité. 

Le 31 décembre 2013, la décharge de la Trompeuse est contrainte de fermer ses portes et laisse la place aux filières de traitement de déchets. 
Plus aucun déchet ne pourra être déposé sur ce site pour être enfoui.

Quelles solutions pour les utilisateurs de la décharge ?
L’accès à la décharge n’étant plus possible, ses utilisateurs habituels doivent donc se tourner vers les filières de traitement des déchets qui existent en Martinique. Il est impératif de mieux et davantage trier les déchets, et surtout privilégier des solutions pour réduire la production de ces déchets.
Il est obligatoire de réduire autant que possible les quantités de déchets produits. 
Et pour ceux qui n’auront pas pu être évités, il faut impérativement les trier AVANT de les amener dans les filières de valorisation ou de recyclage.

1. Réduire la quantité de nos déchets est une obligation
Face à l’évolution de la production des déchets et à la fermeture des décharges, il est urgent de changer nos comportements afin de réduire à la source la production de nos déchets. 

Réduire la quantité des déchets produits de 28 kg par an d’ici 2016, c’est possible et c’est le défi que nous lançons : 500g de déchets en moins par semaine et par personne
Cet objectif est fixé par la loi Grenelle de l’environnement du 3 août 2009 : Réduire la production d’ordures ménagères et assimilés de 7% par habitant. 

Notre responsabilité est ainsi engagée :
Nous, consommateurs, par nos choix de consommation,  
Nos entreprises, nos administrations, en concevant des produits et services moins générateurs de déchets,  et par nos politiques d’achat.

Deux exemples parmi tant d’autres :
A la maison,
• Adoptons le compostage pour éliminer les déchets organiques de la cuisine et les déchets verts du jardin pour produire du compost utilisable dans notre jardin. 

Dans nos entreprises, 

1.Pratiquons la réduction des déchets et faisons des économies : en supprimant les sacs plastiques, les emballages de transport, en privilégiant la numérisation, les copies recto-verso, en rationalisant l’utilisation des consommables, en choisissant des appareils ou produits de même capacité mais produisant moins de déchets…

2. Trier, c’est déposer ses déchets au bon endroit
Le respect des consignes de tri des emballages au sein des ménages, sur notre lieu de travail, ou en déplacement, des déchets au sein des entreprises garantit un recyclage des matériaux de qualité.
Pour recycler, il faut trier !
Trier, c’est déposer le déchet au bon endroit !

3. La solution : adopter les filières de traitement des déchets.

4. La solution ultime
Seuls les déchets qui ne peuvent être valorisés par les filières de traitement sont acceptés à l’Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux – ISDND -  de Céron à Sainte-Luce (nouvelle dénomination des décharges).

Attention : ce site est le seul susceptible d’accueillir des déchets ultimes. Il faut limiter son utilisation pour préserver de l’espace.

 Accueil   C.G.V.   Conditions d'utilisation   Mentions Légales   Contact   Liens